Key Visual
 
Accueil>Lexique>Historique

Historique du poêle en faïence

Les fours intégrés ou les foyers couverts présents dans les régions froides étaient probablement les précurseurs du poêle en faïence. Les plus anciens carreaux des 8/9èmes siècles destinés aux poêles ont été trouvés en Alsace, dans le Baden-Württemberg ainsi que dans le nord-ouest de la Suisse. Ils proviennent sûrement des poêles qui figuraient dans un coin de la pièce et qui étaient rechargeables par l'avant.

Principe du rechargement par l'arrière

C'est seulement au 11ème siècle que le poêle en faïence à rechargement par l'arrière se concrétise: il est allumé par derrière, le plus souvent par la cuisine grâce à une portière complètement ouverte, et libère les gaz de fumées dans une cheminée. La partie inférieure de ces poêles était construite et accolée au mur de la pièce, le combustible était placé dans le foyer à travers le mur (principe du rechargement par l'arrière). La partie supérieure accumule la chaleur qui se restitue ensuite par la surface de carreaux. Une fois le feu éteint, on fermait la portière et le mur de carreaux restituait dans la pièce la chaleur accumulée selon l'épaisseur du revêtement. Les gaz de fumées s'échappaient à nouveau par la portière du poêle et atterrissaient dans les cas idéaux dans la cheminée qui se trouvait la plupart du temps dans la cuisine au-dessus du foyer ouvert. Ces poêles en faïence utilisaient, certes, beaucoup mieux l'énergie que les cheminées ouvertes, mais restaient tout de même encore très inefficaces.

Ainsi, la pièce qui contient le poêle en faïence ne comporte pas de fumées grâce au principe de rechargement par l'arrière. La pièce commune, l'espace de vie et de travail du haut Moyen Âge se créèrent. À partir de ce moment, le poêle en faïence commença sa marche triomphale dans toute l'Europe centrale.

Le poêle en faïence en tant qu'élément design

Le poêle en faïence endossa aussi d'autres fonctions représentatives à partir du 14ème siècle avec le développement des carreaux céramiques en relief décorés. Les poêles ornés de carreaux étaient au départ sûrement réservés aux couvents, à la noblesse mais aussi aux patriciens. La population la plus défavorisée avait en général des poêles décorés de manière plus simple ou avec moins de carreaux. Jusqu'ici, le poêle le plus vieux, étant un des types représentatifs, a été trouvé à Winterthour en Suisse et date de l'année 1208. Comme tous les anciens poêles en faïence, il se composait d'argile réfractaire et de pots de poêle.

Carreaux en couronne, assiette, pot ou carreaux d'aération

Plus tard, d'innombrables formes et décors de carreaux régionaux virent le jour avec des noms évocateurs tels que les carreaux en couronne, les carreaux creux avec parois planes ou encore les carreaux bombés. Jusqu'aux 19/20èmes siècles, les carreaux étaient fabriqués par des constructeurs de poêles en faïence/potiers qui posaient aussi généralement le poêle. L'activité pouvait se limiter exclusivement à la production ou alors à la pose des poêles en faïence dans des cas exceptionnels.

L'air de combustion dirigé à travers des conduits de gaz de fumées

Au 18ème siècle, les techniques de chauffage du poêle en faïence s'étaient nettement améliorées car le poêle était directement raccordé au conduit de cheminée. Cela permit l'encastrement de conduits de gaz de fumées dans le poêle en faïence. Au départ, la dépression dans le conduit de cheminée et dans le foyer posait encore des problèmes mais ils ont peu à peu été résolus. Il était alors devenu courant de disposer d'une grille, d'un bac à cendres ainsi que d'une alimentation ciblée en air de combustion.

La taille de l'installation détermine les capacités de chauffage de la pièce

Les carreaux étaient progressivement produits en temps que produit de masse dans les manufactures; on adaptait la taille de l'édifice du poêle à chaque besoin respectif en chaleur et on les normalisait. C'est ainsi que les normes DIN concernant les poêles en faïence ont vu le jour à partir de 1925.

Création des inserts de chauffage en fonte

L'apparition au 19ème siècle du charbon en tant que combustible entraîna la modification de la construction du poêle en faïence. La portière du foyer pouvait être plus petite. Le lit de cendres chaudes de charbon suffisait pour une période plus longue, c'est pourquoi un contact direct de chaleur avec une grande masse en céramique accumulatrice n'était plus nécessaire. Grâce à différentes étapes de développement, on a pu compacter un insert de chauffage en fonte avec un revêtement de chamotte qui contient tous les composants d'un foyer (grille, bac à cendres, portière) et apte aux révisions. Ainsi, on peut réparer le foyer sans avoir à démonter le poêle en faïence tout entier.